• La Tribune du bob'Art

Menaces sur La Tribune de l'Art (1/13) : Château de La Barben, contre-enquête sur la méthode Rykner


A droite, une capture d'écran du site de La Tribune de l'Art. A gauche, une capture d'écran de Didier Rykner sur RTL en mars 2018.

Depuis le 20 septembre 2021, Didier Rykner, sur son blog La Tribune de l’Art, se délecte à cracher son venin de façon totalement subjective contre le Rocher Mistral, au Château de La Barben qu’il n’aime visiblement pas…Mais alors pas du tout ! Une rafale de treize articles, souvent redondants, pour manipuler les esprits sur un projet culturel qui n’a, aux yeux de Didier Rykner, pas la moindre qualité. Il faut dire que ce monsieur est un habitué de l’esclandre, que le monde du patrimoine tremble à la simple évocation de son nom et que ses treize articles sur le château de La Barben manient lourdement le mensonge. Des faits d’armes, M. Rykner peut en revendiquer beaucoup (Jean-Luc Martinez, ancien président du Louvre, Françoise Nyssen, ancienne ministre de la Culture, Emmanuel Darcissac, ancien maire de la ville d’Alençon ou encore Jean d’Haussonville, président du château de Chambord) et c’est aujourd’hui Rocher Mistral qu’il entend bien faire tomber.

Seulement, voilà. Après publication de ses treize articles, force est de constater que la plupart des arguments avancés sont, au mieux, inexacts, au pire, totalement mensongers. M. Rykner ne défend pas le patrimoine millénaire du château de La Barben, il manipule les faits et le lecteur pour répondre à l’injonction mystérieuse qui le pousse à saccager toute tentative courageuse et légitime de faire vivre le patrimoine ; il additionne erreurs et mensonges. M. Rykner ne prouve pas, il suggère, insinue et calomnie pour servir un projet de désinformation et tenter, tant bien que mal – mais plus mal que bien – de cacher son ignorance sur le monument historique auquel il s’intéresse.

Son « travail » aura au moins eu le mérite de permettre la création de La Tribune du bob’Art qui, derrière un nom qui fait sourire (la vie est plus belle en souriant), a décidé, non pas de suggérer, insinuer et calomnier mais bien de prouver l’ampleur du désastre Rykner. C’est donc au tour de La Tribune du bob’Art de tirer sa rafale. Treize articles paraitront au rythme d’un tous les 2 jours, pour ne pas laisser les lecteurs dans la désinformation et la manipulation.


Il est regrettable que M. Didier Rykner piétine à ce point l’honneur des spécialistes de l’Art et la méthodologie qui en découle. C’est là assurément ce qui nous distinguera de ce justicier de la vieille pierre et des Arts : La Tribune du bob’Art ne procèdera ni par suggestions infondées, ni par malhonnêteté intellectuelle. C’est la vérité seule et son rétablissement qui dirigeront notre travail, et chaque affirmation sera attestée par la documentation fournie que nous nous sommes procurés auprès de Vianney d’Alançon, président du Rocher Mistral et de nombreux spécialistes qui ont travaillé sur la restauration du château de La Barben et la mise en place des spectacles du Rocher Mistral. Afin que les accusations mensongères répandues par M. Rykner à l’encontre du château de La Barben soient dénoncées, La Tribune du bob’Art veillera à diffuser massivement sa contre-enquête à la DRAC, aux services de l’État, à la justice et à toutes les personnes sensibles au monde du patrimoine, de la culture et des Arts afin qu’une telle entreprise diffamatoire ne puisse plus jamais menacer ceux qui agissent véritablement pour la sauvegarde du patrimoine.


Le premier article paraitra donc dans deux jours. Croustillant, il montrera d’emblée qu’on ne peut pas critiquer un château uniquement sur photo. Car si M. Rykner est bien venu au château de La Barben, il n’a visité que les parties ouvertes au public. Cela ne l’empêche pourtant pas d’affirmer une multitude de choses sur ce qu’il n’a pas vu.

Nous allons vous démontrer tout au long de ces treize articles comment Didier Rykner manipule l’opinion. Nous évoquerons son profil, ses obsessions, ses abus, ses fréquentations…et La Tribune de l’Art qui, dans une posture sadique, aime faire du mal et aligner les victimes.

Dans son dernier article (publié le 14/10/2021), Didier Rykner citait un échange de mail qu’il avait eu avec Frédéric de Lanouvelle, directeur général adjoint de Rocher Mistral : « Amusant de recevoir un message de votre part alors que Vianney d’Alançon me parlait récemment de la qualité de vos articles dans La Tribune de l’Art ». Il faut croire, manifestement, que Didier Rykner n’est que très peu sensible à l’ironie : il n’appréciera alors sans doute guère plus notre Tribune du bob’Art.


Maxime Bertin

Si vous avez des témoignages ou des informations à nous transmettre, vous pouvez nous écrire à contact@latribunedubobart.com .

Le château de La Barben (Bouches-du-Rhône) où se développe Rocher Mistral.
Le château de La Barben (Bouches-du-Rhône) où se développe Rocher Mistral.